Pour tout recommencer

Le soleil s’est levé sur un matin de brume
Où flottent ça et là quelques restes de nuit
Le regard vaporeux mes souvenirs s’embrument
En cherchant alentour mon amour de minuit

Le soleil s’est levé sur un reste de brume
Et le temps se déchire en opaques lambeaux
Sur mes joues les sillons des larmes d’amertumes
Ont creusé à jamais de tristes caniveaux

Quelques sons étouffés enfin me parviennent
Un chuintement discret tout englué de boue
Le décors à ce point est la vie qui fut mienne
Il ne manque pas même l’odeur des égouts

Je reviendrai demain jusqu’à ce qu’Elle revienne
En me tendant la main de ses longs doigts glacés
Lâcherai le goulot qui trône dans la mienne
Et partirai enfin pour tout recommencer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *